Emigration et immigration en Savoie

Emigration et immigration en Savoie




L'émigration et l'immigration en Savoie ne sont pas des phénomènes récents.

L'émigration prend de l'importance au XIVe siècle, plus précisément en 1348 à l'arrivée de la grande peste. A la fin du XVe siècle et au début du XVIe, la reprise démographique accentue le mouvement surtout en Maurienne, en Tarentaise et en Faucigny où il concerne environ dix pour cent des habitants. Avec la conjoncture très défavorable de la fin du XVIe siècle (A bello, fame et peste..., la guerre, la famine, la peste...), l'émigration s'amplifie à tel point qu'elle prend l'allure d'une véritable dépopulation. Cependant, elle a sans doute une fonction d'exutoire puisque la Savoie ne connaît point les soulèvements populaires qui se produisent en France. En gros, on peut, dès cette époque, distinguer trois types d'émigration.

1) L'émigration saisonnière caractérise traditionnellement les pays montagneux où les longs mois d'hiver obligent nombre d'habitants à chercher ailleurs un complément de ressources. Au XVIe siècle, les colporteurs et les petits marchands partent en foule du Faucigny et de la Tarentaise vers « les Allemagnes ». Même au cours de la bonne saison, c'est une coutume bien établie dans le bas Chablais que de participer aux travaux agricoles de la région genevoise tandis que les fameux maçons de la vallée du Giffre vont travailler sur les chantiers de Suisse et de Franche-Comté.

2) L'émigration temporaire s'observe en Alsace dès la seconde moitié du XVIe siècle. Le mouvement s'accroît au siècle suivant surtout lorsque les marchands savoyards suivent les armées françaises en Allemagne. Certains s'établissent alors provisoirement en ville afin de mieux alimenter leur commerce ambulant.

3) L'émigration définitive est avérée lorsque les commerçants deviennent sédentaires et ont pignon sur rue. De brillantes dynasties de négociants savoyards sont ainsi fondées à Fribourg-en-Brisgau, à Francfort, à Munich, à Vienne, à Bâle... Si la plupart s'installent en Allemagne du Sud et en Suisse alémanique, beaucoup se fixent dans le pays de Vaud, en Valais, en Franche-Comté, en Lorraine, en Alsace ou en Piémont. Au XVIIe siècle, une émigration de la misère s'ajoute à cette émigration de qualité. Déjà à la fin du XVIe siècle, la plus grande ville savoyarde n'est plus Chambéry, mais... Lyon où un habitant sur cinq vient de Savoie. Néanmoins, les Savoisiens ne sont pas seulement portefaix ou manoeuvres, mais exercent cent quarante métiers différents notamment dans le textile et le bâtiment.

Alors que le clergé essaie en vain d'empêcher les départs vers les pays « hérétiques », les souverains encouragent l'émigration saisonnière qui entraîne une rentrée d'argent, mais interdisent l'émigration définitive qu'ils considèrent comme une soustraction d'obédience.

Au XVIIIe siècle, à cause du surpeuplement des régions de montagne, l'émigration prend une ampleur considérable. Si l'ancienne émigration des colporteurs en hiver et des gens de métiers en été se poursuit principalement vers la France, une nouvelle émigration de masse peuple Paris et les grandes villes françaises de travailleurs peu qualifiés tels les porteurs et les frotteurs. Fait nouveau : parmi ces gagne-deniers, toujours organisés en groupes très encadrés et solidaires, il y a de plus en plus de femmes et d'enfants... De saisonnière à dominante hivernale, cette émigration devient vite temporaire et même définitive. Comme la plupart des émigrants rapportent ou envoient de l'argent au pays, l'Etat sarde contrôle peu le mouvement migratoire.

Durant la Révolution et l'Empire, l'émigration est freinée par les guerres, mais reprend de plus belle après 1815 en raison de la surpopulation du duché aggravée par les grandes crises de subsistance de 1816 et 1846. Favorisant la circulation des idées, la grande diaspora savoyarde est aussi un facteur de conservatisme dans les communautés désertées par les jeunes. En tout cas, au cours de la première moitié du XIXe siècle, les Savoyards, réputés pour leur habileté et leur honnêteté, se répandent dans toute la France et dans le Piémont. Les plus connus, mais les moins nombreux sont les célèbres petits ramoneurs, souvent des enfants dirigés par des maîtres mauriennais, tarins ou faucignerans. Après 1830, la Société philanthropique savoisienne aide les plus malchanceux à trouver un emploi. Quant aux plus audacieux, le goût de l'aventure les pousse aux quatre coins du monde, tel Nicolas Girod de Cluses qui devient maire de La Nouvelle-Orléans en 1813, tels ceux qui se laissent tenter par la ruée vers l'or ou par la colonisation en Algérie, puis en Argentine...

De 1860 à 1914, plus de cent mille Savoyards émigrent définitivement, surtout en France, mais toujours en Argentine et en Algérie, également au Canada où, en 1904, plusieurs familles mauriennaises s'établissent au Manitoba tandis que d'autres, venues de La Roche-sur-Foron, s'installent en Saskatchewan. Quatre-vingts ans plus tard, l'auteur de cette page suivra la même route de l'émigration savoyarde et rencontrera, à Saint-Claude (Manitoba), un parent de son ami, Jean-Marie Viallet, originaire de Jarrier en Maurienne.


Si les maîtres maçons lombards introduisent le premier art roman en Savoie dès la fin du Xe siècle, l'immigration de banquiers piémontais est attestée au XIe siècle. Avec l'essor des foires de Champagne au XIIIe siècle, ceux-ci se fixent en grand nombre, mais la déformation de leur nom dans la langue du pays permet rarement d'identifier leur origine. Au XVIe siècle, Piémontais, Milanais, Francs-Comtois, Lorrains... immigrent en masse temporairement ou définitivement. A cette époque de floraison des églises baroques dans les hautes vallées, de nombreux maîtres artisans arrivent du Piémont et du Milanais.

A la fin du XIXe siècle, les grands chantiers de travaux publics et les nouvelles industries électrotechniques requièrent de nouveau une main-d'oeuvre étrangère fournie en majorité par les Italiens qui, malgré les violences xénophobes dont ils sont l'objet, s'intègrent vite par de fréquents mariages mixtes. Ainsi mon grand-père paternel, Charles Cerri, venu du Piémont en 1902, épouse-t-il une Savoyarde d'origine, Rosalie Octavie Joséphine Volland. En revanche, les Savoyards d'origine (à l'instar des Français récemment immigrés en Savoie) se montrent souvent peu accueillants envers les migrants d'outre-monts, d'autant moins qu'ils veulent oublier à la fois leur passé de sujets d'un Etat à demi italien (où l'influence artistique italienne a été prépondérante), leur longue histoire d'émigrants pauvres, leur incapacité d'assumer les nouvelles tâches de l'économie moderne et de renouveler leur population. Après la Première Guerre mondiale, grâce au taux de natalité des Italiens, l'immigration constitue le principal facteur de la croissance démographique.



N.B. Au sujet des violences xénophobes dont les migrants italiens ont été victimes en France et en Savoie à la fin du XIXe siècle, voir Pierre Milza, Voyage en Ritalie (Plon, 1993 - Payot, 1995) notamment le chapitre 4.


Cette francitalité [...] de millions de Français ayant au moins un ascendant transalpin n'existe sans doute que comme métaphore. Chacun de nous est sorti du creuset, porteur d'une part de francité et d'italianité qui varie à l'infini [...] j'ai au moins appris une chose au cours de ce long voyage : c'est que je n'avais pas, que je ne pouvais pas avoir d'enracinement unique et définitif. Des fidélités, sans doute, des racines, si l'on veut, mais que je porte avec moi quand je change d'horizon, comme ces peuples de nomades qui se déplacent avec les images de leurs dieux dans leurs bagages. [...] Cela peut produire des moments d'émotion intense [...] [mais] cela peut aussi aider à se sentir libre et solidaire du reste du monde.

Pierre Milza, Voyage en Ritalie (Plon, 1993 - Payot, 1995).




Page suivante.


Page précédente.


Table générale des matières.


Alain Cerri : E-mail.


page 10